Atelier : “Sensibiliser à notre rapport au lien à travers le tango argentin “


Sensibiliser à notre rapport au lien à travers le tango argentin

Vendredi 13 mai 2022 10h-17h – salle à préciser

Françoise Hatchuel

Le tango argentin est une danse improvisée à deux. Il n’y a pas, comme dans le rock ou la salsa, de « figure » codifiée qui permettent aux deux partenaires un enchaînement de mouvements prédéterminé à partir d’une « amorce » qui indique à chacun.e ce qu’il ou elle doit faire. Là, chaque geste, voire chaque caractéristique du geste (vitesse, amplitude, suspension, interruption…) doit résulter d’un accord (un « accordage » dirait Stern) entre chacun des deux partenaires, en fonction de ses contraintes internes (mobilité, équilibre, recherche de sensation agréable) et externe (proposition et position de l’autre, musique, autres couples, circulation dans l’espace…). Il en résulte une sensation de très grande continuité dans un monde mouvant que le corps intègre et dont il restitue subjectivement ce qu’il a pu en appréhender.

Cet accord, est possible à partir de trois repères : le lien, le retour à soi et la technique. La technique vient à la fois en premier (pour trouver son axe) et en dernier (pour effectuer des mouvements plus compliqués). Le retour à soi est la condition sine qua none de toute communication « si tou comprends pas tou bouge pas », parole d’une sagesse infinie, colorée de son inimitable accent argentin, de ma première enseignante de tango, Sandra Messina. Le lien, enfin, est l’outil principal de régulation du mouvement. C’est parce que les deux protagonistes l’inscrivent corporellement comme leur priorité qu’ils peuvent intégrer l’ensemble des contraintes dans leur mouvement. 

Au cours de la journée, à travers un certain nombre de mises en situation corporelles, nous tenterons d’explorer ces éléments, la façon dont nous les vivons, et celle dont nous pouvons les partager en groupe.

J’animerai l’atelier avec Eric Norbert, notre nouveau secrétaire scientifique, avec qui je danse depuis plusieurs années lors des milongas (bals tango) caennaises.

Le groupe est limité à 16 personnes.

Venir avec une tenue confortable et une paire de chaussettes solides (c’est le plus simple pour avoir à la fois un bon appui au sol et une fluidité dans la glisse – des chaussures souples et confortables sont également possibles. Tongs, talons et autres grosses semelles à proscrire). 

Pour y participer, vous devez vous inscrire par mail avant le 24 janvier à l’adresse : paulapichintini@hotmail.com 

Merci d’indiquer le nom de l’atelier, votre nom, prénom et votre année du Master FIAP – Clinique de la formation en cours.